18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 07:56

En ce mois de janvier, on se les pèle grave.

 

Vous, lecteurs avertis et plus malins que la moyenne, avez pensé que le bicéphale était entré en hibernation, avec quasiment deux mois de pages blanches sur un blog devenu une jachère vinicole.

Que nenni, cher lecteur aux parfaites proportions, le bicéphale n'est juste qu'un gros animal mou, fruit du croisement illégitime d'un basset en fin de vie et d'un paresseux neurasthénique.

Les bonnes bouteilles n'ont pas cessé de vivre et mourir, laissant sous les pieds du blogueur (presque) consciencieux une bonne centaine d'idées de billets viniques, bien loin de toute considération philosophique sur les vins "nature" et autre WineBlog Trophy.


D'ailleurs, comme une grosse majorité de consommateurs, je suis sensible à une certaine approche "naturelle" du vin (boisson fermentée par l'homme avec des procédés séculaires venant de raisins  d'une vigne "domptée" qui n'a plus rien de sauvage depuis plus de 20 siècles...Mais, bon, gardons cette illusion du "nature"), avec le moins d'éléments conservateurs.

Mais, jamais je n'en ferai un cheval de bataille.

Ca me semble aussi bizarre que d'écrire que tous les vins de Bordeaux sont bons parce qu'ils sont de Bordeaux ou que tous les vins du Jura sont oxydatifs, parce qu'ils viennent du Jura.

C'est con en plus d'être erroné...

L'autre erreur aussi bête que mes pieds serait de stigmatiser les vins "nature" en opposition à la production dite conventionnelle (avec soufre ajouté).

Faut vraiment pas aimer le vin ou être enserré dans le carcan du lobbyisme mercantile le plus vil pour sortir de telles conneries!

 

 

Pour toi, cher lecteur, en avant-première dans le bicéphale, voici la clé pour savoir si le vin est bon.

Tiens toi à ta souris, cramponne toi à ta chaise, car cette révélation est aussi importante que celle des trois bergers de Fatima qui ont vu la vierge debout sur un olivier.

"Pour savoir si un vin est bon, il faut le boire".

Pas le goûter du bout des lèvres, non, jeunes lecteurs aux cheveux dans le vent, le boire à pleines gorgées, entre amis et de préférence au cours d'un repas.

 

La dégustation n'est qu'un ersatz du plaisir qu'un bon vin peut vous procurer.

Pour apprécier le sang et la sueur du travail produit par un vigneron, il ne faut pas trempatouiller les lèvres.

Il faut y aller franchement à gorge déployée.

Nature, conventionnel, certifié en agriculture raisonnée, biologique ou pressé entre les fesses de la grand-mère, on s'en bat joyeusement le coquillard si la promesse d'un vin de donner du plaisir est tenue.

 

Et le bicéphale certifie que la promesse est tenue haut la main par Yann de Agostini avec "La Mémoire Neuve" 2010 du domaine du Petit Août!

 

DSCN2410.JPG

 

 

Le domaine du Petit Août est un tout jeune domaine, créé en 2009) à Théüs, tout près de Gap, sur les côteaux de la Durance, dans les Alpes du sud.

Avec à peine 4 hectares de vigne situés à 600 mètres d'altitude, le vigneron veut mettre en valeur les vins des Hautes-Alpes.

Pour cela, il a choisi de cultiver les cépages traditionnels hauts-alpins.

 

DSCN2412.JPG


 

"La Mémoire Neuve" est un vin rouge avec 100% de cépage mollard, rustique et local, ampélographiquement descendant du gouais.

Le vin est produit sur des vieilles vignes d'une cinquantaine d'années d'âge moyen.

 

Là, il faut rendre à Fifo que qui appartient à César. L'énormissime batteur de la "Grosse Commission" (bientôt en concert chez toi) au palais fin et détendu du slip nous avait ramené cette petite bouteille pour une répétition musicalement légérement avinée.

 

Le vin a un joli grenat dans le verre. une belle brillance. Quelque chose de léger se dégage des teintes du liquide, sans qu'il y ait de transparence.

 

Là, dans le nez, le fruit se bouscule. Du fruit rouge, rouge et vif. De la petite cerise à pleine maturité.

Il y a une touche épicée de poivre, délicate qui promet beaucoup à mes papilles qui commencet à dégouliner de salive...

 

Pif, paf, dans la bouche, c'est d'abord le côté jeune, vif de vin qui parle.

La griotte est là, les épices aussi.

Un fruité de belle longueur complété par une sensation de saupoudrage de poivre.

Le vin n'est pas un gros bourrin expressif, plutôt un vin qui joue sur la finesse, avec une allonge dentelée dans la bouche.

De la délicatesse sans que ça en devienne chiant comme un rat d'opéra.

 

Ce vin est un équilibre de castell, pyramide humaine catalane. Structure ludique qui semble fragile au début, mais qui impressionne au fur et à mesure par son dynamisme, sa taille, sa stabilité.

 

castell.JPG

 

Le tout pour moins de 7 euros.

Dingue, non?

 

 

 

PS: Pour ceux qui veulent s'enrichir des dernières avancées sur la polémique lancée depuis quelques années par les critiques "dans la place" voici quelques liens utiles et agréables

Chez Olif, Oenos, No Wine is Innocent...

D'autres liens dans ces billets, qui rempliront votre besace d'avis divers et variés.

Vous vous ferez votre opinion en buvant, rebuvant et sans cracher (c'est tricher).

Mon seul avis est au fond de chaque verre de vin bu...

Partager cet article

Published by Le Bicéphale Buveur
commenter cet article

commentaires

Domaine Pinet 05/08/2014

Etant viticulteur et toujours à la recherche de bons vins, j'ai beaucoup apprécié le partage de ces vins

Review Support Omni Tech 21/11/2014

The wine of the Quelque is the best wine that I always choose to have. This is all of the very unique brand that helps us to make the best evenings.the parties and the home gatherings and all can be made very wonderful with this one brand.

Présentation

  • : bicephale buveur
  • bicephale buveur
  • : Blog qui aime le vin! Avec humour, décontraction, et même une pointe de nonchalance. Avec des envies de partage et de découvertes. Du plaisir sans contrainte!
  • Contact

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog