Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 14:06

Le champagne, c'est bon!

 

Ce n'est pas un cri du coeur, juste une constatation...

Le champagne, fait avec amour par des vignerons sérieux, donne des vins extraordinaires de plaisir, avec une "vinosité", une complexité, des goûts qui s'empilent dans la bouche.

 

Du bonheur...

 

Ceux qui n'aiment pas le champagne doivent essayer une fois dans leur vie de goûter un champagne de Francis Boulard, d'Alexandre Chartogne, de Fabrice Pouillon, de Jacques Sellosse (bon, ça tabasse niveau tarifs...), de Benoît Tarlant, de Bernard Naudé.


 

39079_414696079853_716324853_4370437_1774267_n.jpg

(belle fin de journée chez Francis Boulard, pâté en croûte, Jura de chez Aviet et champagnes magnifiques...)

39863_414695969853_716324853_4370429_2283579_n.jpg

 


 

Malheureusement, difficile d'en trouver dans la grande distribution, où 80% des vins sont achetés.

 

Même chez votre caviste, il peut y avoir une rupture de stock, chose qui n'arrive jamais avec les grosses maisons de Champagne, qui doivent avoir un énorme robinet à champagne...

 

J'adore les bulles quand le vin est bon.

 

Le pétillant ajoute une petit frisson sur la langue quand il est enveloppé de saveurs.

 

Ce n'est obligé d'être complexe, le simple mais "goûtu" vaut aussi le coup!

 

Le problème de beaucoup de champagnes (surtout dans la grande distribution) est de proposer de la bulle pour la bulle.

Sans fondation, sans charpente, avec une acidité ou un manque de profondeur, un champagne sans âme donne envie soit de rajouter de la crème de cassis, soit de vite finir son verre et de passer à table...


Une bonne technique de ménagère pour ne pas éterniser l'apéro.


Nous avons un regard souvent amer sur la grande distribution, laissant le consommateur devant un rayonnage, sans conseil, jouant sur les étiquettes faciles.

C'est la foire à la piquette, pour 3,60 euros en moyenne, avec peu de producteurs locaux (quand il y en a un seul en rayons, c'est déjà énorme), peu de vignerons indépendants (quand il y en a un seul, c'est déjà pas mal).



Mais, aujourd'hui, devant vos yeux ébahis, le bicéphale vous propose de boire un vin cultivé en bio, pas cher (7 euros), facilement accessible (à Auchan, par exemple), qui va pétiller vos apéros.

 

Le Vouvray "les tuffières" 2009 du domaine du Petit Coteau n'est pas apparu comme une évidence au premier abord...

 

DSC00450.JPG

 

A cette heure tardive, pour un apéro entre copains, avec une grande envie de bulles, le choix était cornélien.

 

Exclus d'office, les champagnes de grande maison n'avaient rien à proposer.

 

En terre bourgonde, j'aurais pu choisir un crémant "local", mais seules les maisons de négoce étaient représentées...

 

Donc, un vouvray, crémant sec avec 100% de chenin, cépage autochtone de Loire, sortait un peu du lot.

 

Ok, c'était un risque car le chenin est un beau cépage et il n'y a rien de pire que de mal le vinifier ou de pousser son rendement.

 

Pas moins de 7 mentions faisant référence à une agriculture biologique sur la bouteille.

Ca, aussi, cela aurait pu m'apeurer.

Il y a une vague odeur de "surf sur la mode du BIO".

Après, quand on apprend que le domaine est certifié utilisant des raisins issus de l'agriculture biologique depuis 2002, ça tempère (un peu).

 

Le domaine, dirigé par Gilles Feray, est situé à Vouvray, dans le quartier "chic", sur des sols argilo-calcaire, en bordure de Loire.

 

Le raisin provient de vignes d'une moyenne d'âge d'environ 30 ans, sans ajout de produit chimique dans la vigne.

En vinification, l'élevation se fait 12 mois sur lies, le vin est sulfité (le souffre est utilisé pour ses propriétés "stabilisantes" du vin).

 

DSC00453.JPG

 

A l'ouverture, peu d'odeurs montent de la bouteille.

 

Dans le verre, la robe est jaune pâle, avec des reflets verts.

 

Le nez est assez pauvre, avec une sensation de fraicheur, d'agrumes mures.

 

En bouche, la bulle est fine, légère, très agréable, soyeuse.


On a une "présence" du vin en bouche, comme s'il prenait tout l'espace disponible.


Le vin semble nerveux, vivant, avec une trame acide équilibrée tout au long de la bouche, une sensation de "droiture", de linéarité.


Difficile de discerner l'amande (comme indiqué sur la contre étiquette, c'est vraiment TRES subtil...), le vin prime surtout par sa fraîcheur et ses quelques notes de fruits blancs (abricots, pêche, poire). 


Aucune sucrosité dans ce vin harmonieux donnant ce qu'il y a de plus intéressant dans le chenin, une grande capacité à faire des vins droits, acides mais équilibrés et sans agressivité. 

 

La finale est assez abrupte.


Mais le vin est d'une belle simplicité, sans chichi, avec un côté "droit devant" qui me plait.

 

La fine bulle ajoute encore de la fantaisie, du peps à un vin qui n'en manque pas.

 

Un vin dynamique, plein de vie, qui vaut la peine d'être bu dans un apéro entre bons amis. 

 

 

Une musique dynamique pour un vin brut et plein de vie... Radio Moscow, bien sûr!!

 

   

 

 

 


 


 


 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by stephane et david
commenter cet article

commentaires

Jérôme B. 24/01/2011 10:53



Bah bravo...


Je n'apprécie généralement pas le champagne pour toutes les raisons évoquées dans ce billet...


Maintenant il va falloir que je goûte un des "bons" champagnes préconisés par le bicéphale. Ca ne sera pas pour tout de suite mais j'y penserai pour une prochaine fois ;)



stephane et david 24/01/2011 13:43



le probleme des bons champagnes, c'est qu'on a envie d'y retourner tout le temps... et ca faut mal aux bourses, a force...



jull 22/01/2011 12:14



"


Pas moins de 7 mentions faisant référence à une agriculture biologique sur la bouteille.


Ca, aussi, cela aurait pu m'apeurer.


Il y a une vague odeur de "surf sur la mode du BIO".


Après, quand on apprend que le domaine est certifié utilisant des raisins issus de l'agriculture biologique depuis 2002, ça tempère (un peu)."


mouais.... pas tres loin sur le rayonnage devait aussi y avoir du chateau de montcontour, c'est la meme maison! 120 ha, tres tres loin d'etre bio!


la raison de ce domaine en bio depuis 2002 mais certifié depuis 2005 est qu'il a été racheté par moncontour à marie annick lemaire ex dom lemaire-fournier de 2002 à
2004, et la certification et ses primes imposent de rester bios qq années. Et pour moncontour, vu le reseau de distribution et l'engouement pour le bio c'etait un bon plan je suppose!


comme tu dis, "un bon surf sur la mode bio"


perso je passe mon tour



stephane et david 23/01/2011 01:50



j'avais donc raison d'avoir peur...


n'empeche, c'etait pas mal bon... ca merite d'etre au moins d'essayer.


merci de tes precisions!



Présentation

  • : bicephale buveur
  • bicephale buveur
  • : Blog qui aime le vin! Avec humour, décontraction, et même une pointe de nonchalance. Avec des envies de partage et de découvertes. Du plaisir sans contrainte!
  • Contact

Recherche