Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 21:23
Parfois, il faut aller à l'essentiel...

C'est assez difficile pour le blogueur moyen d'être incisif, précis, rapide et concis.
Encore plus pour le bicéphale qui aime raconter sa vie dans les moindres détails; mes collègues savent jusqu'à l'état de ma digestion.

Entre autres perversions, je suis aussi un peu exhibitionniste, avec un côté clairement égocentré.
Mais aussi avec des envies de partage (et pas que de mes perversions...).

Je me fais donc violence pour mettre en avant un vin ultime à partager entre amis, en essayant d'être pointu et bref.

Donc, pour faire court, si tu n'as pas bu du "vin d'oeillades" de Thierry Navarre, cher lecteur, tu as raté un bon moment de pinarditude.
Qu'il faut rattraper.
Et vite.

vino-013.JPG
Alors, rapidement, Thierry Navarre cultive une douzaine d'hectares à Roquebrun, dans l'AOC du Saint Chinian, dans le Languedoc, sur des sols de schistes bruns où les racines de la vigne plongent dans les nombreuses failles.

Pas d'intrant chimique de synthèse, vendanges manuelles (sur des sols pentus), une vinification la plus naturelle avec un ajout minimal de sulfites.

Thierry Navarre est un artisan-vigneron qui aime mettre en valeur les cépages autochtones oubliés.
Tel ce vin de cépage oeillade, cousin proche du cinsault, donnant des vins rouges goûteus et goûtus.

C'est un vin qui se boit frais et jeune d'après le vigneron...
Mais ce 2008 oublié dans ma cave montre qu'il tient bien la distance et qu'il a peu changé depuis 2 ans (la dernière fois que mon tire-bouchon a chopé un "vin d'oeillades").

Dégustation express...

Belle couleur rubis brillante, on est loin des vins du sud surextraits à la robe encre de seiche.

Au nez, la première association qui vient dans ma petite mémoire olfactive est la quetsche tombée de l'arbre.
J'ai l'impression de sentir les herbes sauvages et aromatiques des Causses, sans pouvoir déterminer ce qui domine, lavande, romarin, thym...

En bouche, bu aux environs de 12°c, le vin donne ce qu'il promet au nez.
C'est du fruit noir, mais avec la pointe d'acidité, silex même.
Le vin n'est pas musculeux, il ne joue pas dans la cour de l'école à savoir qui aura le plus de tannins.
Les tannins sont même plutôt discrets.

Le vin donne du plaisir et de la fraîcheur.
La longueur n'est pas énorme, mais c'est tellement bon que la bouche en reveut de suite.

Une nouvelle arme fatale pour ceux qui aiment à découvrir des vins au charme simple, bien faits, plaisants qui se boit sur de la charcuterie, sur des viandes en sauce, du cassoulet, de la garbure...

On imagine facilement une belle marmite posée sur la table, le vin juste à côté et les assiettes qui se tendent pour atteindre la louche au dessus du ragout.

Un vin pas arrogant mais qui peut en raconter à beaucoup.
Vraiment à essayer.
Vous l'adopterez.
Pour faire court...


Partager cet article

Repost 0
Published by stephane et david
commenter cet article

commentaires

Sylvain de Midi-Vin 14/03/2012 18:29


C'est fait (toujours au off de Vinisud tendrement appelé Viens à la Source). Ouais : un grand moment de pinartitude 

Le Bicéphale Buveur 19/03/2012 00:34



un vin excellent!!!!



Wonder Pomme 29/09/2011 13:11



Hummm ! Vous avez une façon de décrire ce vin qui me mets l'eau à la bouche bien que je sois en plein travail dans ma bibliothèque, qui plus est après le repas ! Je ne connais pas ce cépage et à
défaut de pouvoir trouver le même vin, je n'hésiterais à en prendre dès j'en trouverai.



stephane et david 30/09/2011 12:19



il faut essaer!


ca vaut le coup de tire bouchon^^


en plus guy blanchard acueille a coup de saucissons!!



Présentation

  • : bicephale buveur
  • bicephale buveur
  • : Blog qui aime le vin! Avec humour, décontraction, et même une pointe de nonchalance. Avec des envies de partage et de découvertes. Du plaisir sans contrainte!
  • Contact

Recherche