Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 09:30

On essaie d'être un minimum sérieux, le blog est encore à la maternité, il s'agit de le faire grandir tout doucement.
Malgré la paresse légendaire du bicéphale, il va tenter de relater les émotions de la veille.

En pays de Bresse, c'était soirée tranquille, on en profite pour ouvrir nos classiques et tenter une nouveauté...

Le premier classique est le Saint-Bris du domaine Les Temps Perdus 2007. C'est l'apéro facile qui fait mouche à chaque coup et qui permet de démarrer la discussion.

Le Saint-Bris, AOC de 100 hectares, voisin du multimédiatique Chablis, est un village gaulois à lui tout seul.

Un vin blanc, avec un cépage 100% sauvignon en terre bourguignonne qui ne voit qu'à travers le chardonnay et qui a honte de son aligoté, mérite de s'y attarder un peu... Et, en plus, quand il coûte moins de 7 euros...
Le domaine Les Temps Perdus, c'est aussi Clotilde Davenne, approche féminine du vin.

A l'ouverture, l'odeur est minérale, pure, fraîche, on est dans le chablis mais avec un côté fruité, voire sucré plus marqué.
Dès la première gorgée, c'est de l'abricot, de la pêche, mais avec une bonne acidité finale.
On se dit que la bouteille, pourtant sur un millésime pas trop rock and roll, peut tenir quelques années. Mais, à l'ouverture, la bouteille a tenu vaillamment quelques secondes avant d'être vidée... c'était son destin.

saint-bris-temps-perdus.jpg

 (c'était pas des verres Spielgelau, et on s'est fait plaisir quand même!!)

Autre vin blanc qui tourne souvent dans nos contrées et qui a fait honneur aux noix de Saint-Jacques au curcuma avec ses tagliatelles, le Viré-Clessé de la cave de Viré "vieilles vignes" 2008.

Le Viré-Clessé est une AOC toute jeune datant de 1999, dans le macônnais, tout au sud de la Bourgogne, exclusive en blanc de cépage chardonnay.

Ok, ok, la cave de Viré n'est pas un petit producteur sur un demi hectare qui presse ses raisins sous l'aisselle pour une meilleure fermentation, la cave de Viré n'est pas en conversion biodynamique (c'est plus le délire de Stéphane....). C'est une coopérative importante dans le macônnais, regroupant 220 coopérateurs, avec un bon gros paquet d'hectolitres par année (plus de 25000...).

N'empêche, ce vin latte quand même sa mère (avec tout le respect que je lui dois)!
Les vignes sont âgées de plus de 50 ans, la vinification a été faite en cuve inox sur lies fines.

On débouche et les fragrances de fleurs blanches percutent nos petites narines, les traits du visages s'adoucissent, les décibels diminuent et les plus rapides tendent leur verre... c'est frais, minéral, doux sans le côté sucré qu'avait le Saint-Bris.

Le vin est tout doré, scintillant. On fait semblant d'attendre quelques secondes.

La dégustation tient la promesse de l'odeur... C'est minéral, mais avec un côté gras , beurré d'un Meursault. C'est fruité, mais pas seulement, c'est structuré, mais pas seulement, c'est minéral, mais pas seulement... Un vin complexe, mais très (trop?) facile à boire.

Mariage parfait avec les Saint-Jacques épicées légérement au curcuma... Le vin plaisir!!!

IMAGE_082.jpg

(image floue, mais j'avais déjà du sauvignon derrière les oreilles...)

Enfin, la déception de la soirée, le Chateau Cormeil-Figeac Saint-Emilion 1996... 
Un vin rouge de foire aux vins, acheté il y a quelques années par mon père, amoureux des belles étiquettes, avec un laconique "s'il y a Figeac marqué dessus, il ne doit pas être mauvais"...

Au débouchage le vin est fermé, impossible de sentir quoique ce soit.
C'est rudement pourpre.
L'oeil est toujours surpris par la couleur soutenue des Bordeaux, habitué qu'il est à voir des ploussards, des trousseaux, des pinots noirs, plus rubis, voire rosés quelques fois!
Même en aérant tendrement, puis frénétiquement le vin, il y a une vague odeur de bois et de cuir, mais à côté du Viré-Clessé, ça fait un peu nabot...

En bouche, c'est la grande sécheresse, on voyage en plein désert... Le vin est mort, rien à dire, pas d'émotion à part une déception...
Je ne m'attendais pas à grand chose, vin de la grande distribution, appellation qui ne me bouge pas beaucoup, millésime moyen. Le temps n'a fait pas de miracle.

cormeil-figeac.jpg 

(On va regoûter cet après midi, toujours en espérant un miracle...)

Petite soirée sypathique, avant de redémarrer la semaine.
Petite info au sujet de l'AOC Viré-Clessé, le bicéphale sera au
12ème Printemps du Viré-Clessé le 18 avril 2010, viens chercher bonheur et chaleur avec nous. 

David 

Partager cet article

Published by stephane et david
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : bicephale buveur
  • bicephale buveur
  • : Blog qui aime le vin! Avec humour, décontraction, et même une pointe de nonchalance. Avec des envies de partage et de découvertes. Du plaisir sans contrainte!
  • Contact

Recherche