Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 09:03

Après une petite escapade au pays de la morue et de la sardine grillée, de la periquita et de la touriga nacional (cépages autochtones), la moitié poilue et chauve du bicéphale rentre en Bresse.

 

Il y aura sûrement un petit article sur les caves de Taylor's, avec des portos "vintage" délicieux autant qu'abordables, des chais de toute beauté avec la plus belle vue de Porto...

 

Il y aura sûrement aussi un article sur un "vin de garage à la portugaise", celui de mon oncle.

 A la retraite depuis quelques années, il s'est épris d'un coin de vigne de moins de 2 hectares, où il produit un vin rouge qui déchire...

Vin d'assemblage de syrah, cabernet sauvignon et periquita, il l'appelle son "jus de raisin", avec une culture de la vigne respectueuse, sans aucun souffre ajouté ("pourquoi rajouter quoique ce soit quand le vin est aussi bon, c'est prendre un risque!").

Un vin rouge tout en "fruit concentré", avec une acidité et une fraîcheur équilibrée qui donne à ce vin une profondeur et un plaisir assez incroyables...

Pour avoir la chance d'y goûter, il faut aller dans le petit village de Soudos, et demander la vigne du capitaine (et oui, c'est un ancien militaire, on ne peut pas avoir que des qualités).

Accueil en frantugais (gai mélange des deux langues...) et plaisir garanti .

 

 

 

Mais, aujourd'hui, après une quinzaine de jours de repos bien mérité, le blog doit de nouveau s'ébrouer!

 

Bien sûr, ce petit branleur de Stéphane n'en a pas foutu une rame, ne modérant même pas les commentaires (branleur..).

Ah, ça, pour balancer les pires crasses sur les vins bas de gamme portugais dans les restaurants touristiques de Porto, y avait du monde!

Mais c'est comme tirer sur une ambulance...

 

Le prix moyen d'une bouteille de vin acheté au Portugal est d'environ 1,50 euro...

 


Non, aujourd'hui, un peu de sérieux (...).

 

Le blog a beaucoup écrit sur les vins produits à partir de raisins cultivés en agriculture biologique ou sur un mode de culture biodynamique.

 

Quand le vin est plus qu'un produit de consommation.

Quand il devient un objet vivant offrant du plaisir (mieux qu'un OVNI, un OVOP...).

L'agriculture biologique ou la biodynamie ne sont plus alors que des outils au service de vignerons qui nous donnent une part d'eux mêmes, une partie de leurs sensibilités.

 

Au bicéphale, on a envie que tout le monde y goûte, et vite.

Car, c'est dommage de traverser une vie sans en tirer un maximum de plaisir.

 

Mais, quand le bicéphale boit un vin dont l'étiquette est bariolée de logos prouvant que le vin est de belle qualité et qu'en le buvant, le seul mot qui vient c'est "pouah!", il a l'impression d'avoir été trompé.

 

C'est la sensation que j'ai eue en goûtant le "viognier de l'Ardèche 2008" du domaine des Granges de Mirabel, de Michel Chapoutier.

 

DSC00456.JPG

 

Michel Chapoutier est le plus gros négociant du Rhône.


La Maison Chapoutier est omni-présente sur toutes les appellations, truste gaiement les linéaires des hypermarchés et des cavistes heureux de proposer des vins "qui disent un petit quelque chose à tout le monde".

 

Il y a eu un véritable choix depuis une dizaine d'années de faire une bonne proportion de vins certifiés en agriculture biologique ou biodynamique.

 

 

Ce vin blanc, "vin de pays des coteaux de l'Ardèche" a été acheté une douzaine d'euros chez un caviste qui me promettait un vin d'apéritif entre amis.

12 euros, c'est déjà une belle somme.

 

Sur un linéaire, je n'aurais jamais pris cette bouteille, trop bariolée de logos...

 

DSC00458

 

Trop de bla-blah sur l'étiquette...

 

DSC00457.JPG

 

Le viognier est un cépage blanc qui a pour origine le Rhône.

 

Quasiment oublié après l'épidémie de phylloxéra, la production de viognier ne cesse d'augmenter, car il s'adapte facilement et peut donner de bons rendements, avec des vins gras et faciles, à boire dans leur jeunesse.

 

A l'ouverture, on est déjà dans le "trop".

 

Un nez exhubérant de mangue et d'abricot, de la sucrosité jusqu'au fond du tarin.

Ca envoie, comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.

 

En bouche, c'est de la purée de mangue, avec un sucre résiduel tellement important, que j'ai relu l'étiquette pour être sûr de ne pas boire du porto blanc...

 

C'est gras, c'est lourd, c'est fruité dans l'exhubérance... Limite bling-bling. 

 

Il y a un vrai manque de finesse, pas d'acidité, pas de contre-poids équilibrant un sucre et du fruit exotique digne des plus beaux banga.

 

 

o85rjljl.gif

 


 

Un vin à conseiller aux anorexiques du vin qui pensent qu'il y a toujours trop de choses à décripter dans un vin...

 

Là, c'est un vin mono-syllabique.

 

Un peu comme le premier mot d'un bébé, genre "gah".


 

 

C'est dur de l'écrire, mais un vin produit en biodynamie peut donner une boisson sans intérêt.

Quand la maturation est poussée aux extrèmes et que la vinification n'est pas maitrisée, le vin est triste, même si les raisins sont sains.

 

Deuxième conclusion, quand une grande maison qui déverse des milliers de litres de vin dans les rayons de la grande distribution fait de la biodynamie, c'est souvent un argument de vente supplémentaire (avec des magnifiques tunings de bouteille...).

 

Plus qu'une réelle envie de partager du bon en bouteille...

 

Avec un vin à plus de 10 euros, pour le gogo classe moyenne et citadin qui aura l'impression de boire "citoyen du monde", mais à éviter pour les amoureux des vins de vignerons faits avec passion.

 

Il y a tellement mieux, pour tellement moins cher...


 

Le bicéphale revient de vacances et il est déjà pas content!

 

 

 

 

 


 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by stephane et david
commenter cet article

commentaires

cisco phone system 21/08/2014 14:01

I like wine because it is a great medicine for our mood swings. I always get stressed up after my busy work schedule and when I get home wine is what that does the trick.

Jérôme B. 15/04/2011 14:24



Aïe aïe aïe !


J'ai pas mal de Chapoutier (20-30 quilles) dans ma cave mais je suis obligé de te donner raison :)


Il y a encore 5 ans il proposait un excellent rapport qualité prix et typiquement les grandes de Mirabel était à moins de 8€ la teille...


 


Je me souviens encore du Chateauneuf-du-Pape 1999 que j'avais dégoté à 13€ la bouteille et qui était superbe (attention je ne suis qu'un gai luron qui aime les vins simples et bons, pas un expert
es vino (veritas))


 


Et surtout... L'Occultum Lapidem a eu un succès fou à mon mariage en juillet 2007... Mais depuis... les prix ont augmenté de minimum 50% alors que la qualité à soit stagner, soit baisser... C'est
bien dommage !


 


Peut-être que nos critiques vont permettre de secouer un peu cette maison pour revenir à des prix plus raisonnables car je pense que ta critique aurait été moins acerbe sur une bouteille à 7-8€.


 


P.S. J'ai découvert un magnifique beaujolais blanc il y a 2 jours et si tu me fais l'honneur (faut que je prévienne ma femme avant) de me rendre une visite en savoie je me ferai un plaisir de te
le faire découvrir...


 


P.P.S. Bon week-end !!!!!



stephane et david 15/04/2011 15:53



cool pour l'invitation!


sinon, je suis entierement d'accord avec ton commentaire...


pour le beaujolais blanc, est ce celui de bruno debize?



Patrice 15/04/2011 00:07



Je te trouve très acerbe contre le banga...


Le Banga Goyage est une très bonne base à la réalisation de très très bon planteur, mélangé avec du jus de fruits de la passion et un (très) bon rhum....


Je tenais à apporter cette précision


NA!!!! ;)



stephane et david 15/04/2011 01:43



trop bon, c'est noté!



Jean-Charles 14/04/2011 22:53



Tout à fait d'accord avec le bicéphale sur ce dernier commentaire. Beaucoup de non-avertis (et on l'a tous été) découvrent ce genre de vins dits "propres, sains, bio ,respecteux ou encore
naturels" en GD. Ils goûtent et se font leurs propres idées. Si ce n'est pas bon (ce qui est le cas en GD mis à part quelques rares rares rares exceptions) ils vont généraliser et se dirent le
"bio" c'est ça. Le vin produit en biodynamie c'est ça. Voilà le danger, la généralisation, la standardisation de la pensée, la chimère des faux-progrès... Et la GD ne doit recolter les fruits du
travail des vignerons "natures" qui travaillent, eux, dans une tout autre éthique et philosophie.



stephane et david 15/04/2011 01:44



oui, c'est ce qui nous fait un peu déchanter...


ce n'est pas trop que le vin ne soit pas au top (ca arrive) mais c'est l'image qu'il vehicule par le trop plein de markettage de l'etiquette.



Nicolas 14/04/2011 19:19



Bonsoir,


Je me permets de réagir à votre article sur Chapoutier. En préambule, je n'ai aucune action et aucune affinité avec la maison Chapoutier. Comme vous, je défends et apprécie le bon vin, bien fait.
Mais je pense que des maisons comme Chapoutier, ces gros négociants, ont leur place dans le monde du vin et ont même un rôle. Ces maisons brassent de gros volumes alors si elles passent en
culture bio ou biodynamie, la terre, le sol, le sous-sol ne s'en porteront que mieux. Certainement que c'est à des fins mercantiles, mais in fine, c'est toujours moins de pesticides, herbicides
utilsées. C'est ma première réflexion. Ensuite, ils sont distribués en GD, j'ai travaillé pendant près 10 ans "avec/contre" eux en tant que fournisseur (PME Bretonne), alors pourquoi pas s'en
servir pour sensibiliser les gens à cette notion de respect du terroir. Puis comme je crois profondément en l'homme, je me dis qu'à force de consommer des vins comme celà, le consommateur se
lassera mais aura été sensibilisé aux vins et voudra aller plus loin que le linéaire d'une grande surface... C'est un peu comme tous ces vins du nouveau monde, dit "technologique" : si ils
permettent d'amener des gens aux vins, qui ne seraient peut-être pas venus sans eux, alors on a une chance que ces gens veulent aller plus loin et comprendre la véritable essence de cette boisson
divine.


Moralité, je ne crois pas que la solution est de tirer sur l'ambulance mais plutôt de prévenir  en amont et d'éduquer  le consommateur et le non consommateur sur ce qui se cache
derrière le vin : une histoire, des hommes, une terre, un terroir, un savoir-faire, la vie quoi !!!


Je suis tout à fait ouvert à un petit débat sur le sujet et j'espère que vous aurez compris le fond de ma pensée.


Nicolas



stephane et david 14/04/2011 21:48



"la GD et le vin" est un vaste debat et nous en avons deja ecrit un article, nous sommes "pour", car s'il peut permettre l'acces et la decouverte du Vin, c'est deja cool...


je suis d'accord avec le fait que moins on met de cochonneries sur les vignes, mieux c'est.


j'ai juste peur que le consommateur qui goute pour la premiere fois un vin en bioD le fasse avec ce vin (par exemple) et en soit degouté.


le nombre de fois ou je discute avec un ami "non" amateur de vin, mais consommateur occasionnel, et qui dit avoir essayé du vin en bio et en etre degouté...


souvent le vin est achete sur des rayonnages avec un joli paquet de logos, avec une absence totale d'ame.


j'ai peur que ce genre de vin eloigne le consommateur des vins de qualite qui sont produits par des vignerons serieux en bioD...


je comprends le fond de ta pensee et je te remercie de ton commentaire!



Présentation

  • : bicephale buveur
  • bicephale buveur
  • : Blog qui aime le vin! Avec humour, décontraction, et même une pointe de nonchalance. Avec des envies de partage et de découvertes. Du plaisir sans contrainte!
  • Contact

Recherche