18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 00:07

Aujourd'hui un compte rendu à la vitesse de la lumière...

 

Le domaine de Guillot-Broux a ouvert ses portes durant le week end de la Pentecôte.

Trois jours de dégustations, d'exposition d'oeuvres contemporaines, de concerts de jazz, de casse-croûtes "bio"...

 

KICX0814

 


 

J'ai eu le plaisir de rencontrer les trois frères qui tiennent le domaine et de croiser le verre avec eux.

Passionnés, passionnants, le domaine Guillot-Broux était en agriculture biologique avant même que la notion de "bio" existe.

Depuis 1954, à l'installation de la famille à Cruzille (dans la pointe nord du mâconnais, près de Tournus), il n'y a jamais eu une seule fois des produits de chimie de synthèse dans leurs 17 hectares de vignes.

A l'époque où l'agriculture dite "conventionnelle" était obligatoirement "biologique", l'industrie pétro-chimique ne poussant que ses premiers balbutiments de bébé qui deviendra ogre...


 

Loin d'en avoir "marre du bio" (suivez mon regard, vers ceux qui dénigrent le bio, et dont je ne mettrai pas le lien, juste celui de Michel Smith qui y répond), je trouve à chaque fois des vignerons sur-motivés, portant une attention énorme à la vigne.

Avec une fierté du produit fini et, souvent, quand la vinification suit, des "pépites" pour nos caves.

 

Mais, houla, sans aucune chapelle, le bicéphale aime quand c'est bon.

Si c'est bio, c'est un plus.

Tant mieux pour la terre, la plante, le goût.

Le "bio" n'est pas une finalité, mais un bel outil pour qui sait bien l'utiliser...

 

C'est la cas au domaine de Guillot-Broux.

 

 

Parmi la jolie gamme des vins du domaine, il fallait en choisir un...

Ce sera Le Mâcon-Chardonnay "Les Combettes" 2009.

Un vin blanc fait à 100% de chardonnay, élevé 11 mois en fût de chêne, sur une appellation Mâcon village, mais qui peut en remontrer à toute la Bourgogne.


Le vin se place à une quinzaine d'euros, départ de la cave.

 

KICX0822.JPG

 

KICX0817.JPG

 

 

L'étiquette est sobre, nom du domaine, nom du climat et le logo AB certifiant que les raisins sont issus de l'agriculture biologique.

L'appellation (AOC) en Mâcon-Chardonnay n'est soulignée que sur le "bord" de l'étiquette, qui fait un peu office de contre-étiquette.


 

KICX0821.JPG

 

Il est vrai que l'AOC Mâcon-village (que ce soit Cruzille ou Chardonnay) est toujours moins prestigieuse que celles de la côte châlonnaise ou de la côte de Beaune.

A 15 euros, à part quelques amateurs éclairés, le choix va souvent vers un Meursault ou un chassagne...

 

C'est bien dommage, car, dès l'ouverture, à la première goutte versée dans le verre, ce vin montre qu'il est bien au-dessus de la plupart des vins des appellations plus "prestigieuses"...

 

De couleur or très pâle, le vin est limpide et transparent.

 

Le nez est "whaouh" (expression piquée à Aurélia de "Bu sur le web" qui n'hésite pas à éructer de plaisir...).

On sent l'opulence, le fruit blanc mûr.

On trouve des notes boisées, très présentes au début, qui s'estompent à l'aération.

Ca sent le travail de vinification...

A l'aveugle, au nez, j'aurais placé le vin en côte de Beaune.

 

En bouche, ça confirme.

Le vin donne une impression de plénitude.

Il attaque gras et opulent, prenant toute la bouche, la saturant d'arômes de pêche et d'abricot mûrs, avec des notes beurrées.

On a du vin qui se mâche avec plaisir.

Mais il ne s'arrête pas là, une belle acidité finit la bouche en s'étirant doucement.

Bizarrement, malgré le nez, le boisé n'est pas du tout présent. Aucune note de vanille ou de brioche, même si la langue claque sous des touches de grillé.

 

Un vin qui prend de la place en bouche, mais avec une vivacité qui lui donne ce petit truc en plus qui fait qu'on pourrait facilement en devenir accro...

A goûter de toute urgence pour ceux qui ne connaissent pas; ceux qui ont la chance d'en avoir déjà bu doivent baver à gros jets sur leur souris en y repensant...

 

Fin, précis, structuré, opulent, charpenté...

C'est tout ce que ce vin donne au buveur.

Incroyable, non?

 

Un peu comme Clutch... A la fois gras et fin

 

 

 

 


Partager cet article

Published by stephane et david
commenter cet article

commentaires

Bourgogne Live 18/06/2011



Je te conseille cette vidéo de 1977 qui montre peut-être monsieur Guillot ( à confirmer auprès de Guillaume Bodin qui le connait) en train d'expliquer ce qu'est la viticulture
biologique...vertigineux :-)


http://www.verre2terre.fr/2011/06/bio-cruzille-1977/



fifo 20/06/2011



merde...J'en ai mis plin la souris..........


Oups.... effectivement belle quille qui comme tu l'as dis a l'avantage de ne pas étaler son élevage! Le boisé est plus que discret!! Que du bonheur!



Présentation

  • : bicephale buveur
  • bicephale buveur
  • : Blog qui aime le vin! Avec humour, décontraction, et même une pointe de nonchalance. Avec des envies de partage et de découvertes. Du plaisir sans contrainte!
  • Contact

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog