Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 08:47
Je suis longtemps passé à côté des vins de L'Etoile.

 

Dans cette appellation d'origine contrôlée du Jura, depuis 1937, on ne trouve que des vins blancs.

Ils sont faits, en très grande majorité, à partir du chardonnay et du savagnin, alias THE cépage of THE Jura, donnant aux vins blancs (ouillé ou non, élevés sous voile ou non) ce fameux "goût de Jura".

 

L'Etoile regroupe 4 communes,  L'Etoile, Saint-Didier, Plainoiseau et Quintigny avec une surface de 75 hectares.

 

Si L'Etoile a été l'un de mes toutes premières expériences "jurassiennes", j'ai vite été ébloui par les terroirs de Pupillin, de Montigny-les-Arsures, de Rotalier...

 

Au point de n'avoir plus une bouteille provenant de L'Etoile à proposer aux soifards de passage, qui (les pauvres...) devaient se contenter de boire des vins produits par Bornard, Ganevat, Aviet ou Labet.

 

Un peu comme si le bicéphale s'était embourgeoisé, et ne restait plus que sur les "valeurs sures" du bien pensant vinique.

 

L'été est une chance pour le bicéphale "expatrié".

En Bresse, il accueille les pauvres picardo-rémois, laissés à leurs misérables betteraves teintées de pluie.

 

En déambulant dans Chateau-Chalon, au milieu d'amis retenant leurs larmes devant tant de beaux paysages, par un reflexe pavlovien, je suis resté en arrêt devant le panneau du domaine Geneletti, prêt à bondir pour déguster.

 

village_de_chateau_chalon.jpg

 

 

  Chateau-chalon-20Vue-20Vignes-20Rocher-20_-20Dlebigot.jpg

 

Le domaine Geneletti se situe au village de L'Etoile, mais reçoit les hordes avides de vins du Jura dans une jolie demeure à Chateau-Chalon.

 

J'avais déjà goûté leur vin jaune (avec le savagnin, murissant sous un voile de levure en fût de bois donnant un vin atypique et déroutant au premier abord, mais amenant à une addiction totale en quelques dégustations), avec une très bonne impression.

 

Mais en vrai monomaniaque du mono-cépage avec comme devise "un vin, un terroir , un vigneron donc un cépage", je me suis penché vers mes tendances masochistes pour goûter cette bouteille de "L'Etoile vieilles vignes 2006" du domaine de Geneletti.

 

HNI_0010.JPG

 

Eh, oui, il y a du chardonnay et du savagnin dans cette bouteille de vin blanc...

HNI_0016.JPG

 

C'est à ce moment que la lumière s'éclaire juste au dessus du crane chauve du bicéphale...

 

Je n'aime pas l'assemblage car c'est du (parfois beau) travail d'oenologue-conseil.

"Allez on va te mettre 10% de merlot dans ton vin pour fruiter tout ça"

"Ca manque de robustesse... Si on lui claquait un peu de carignan"

En imaginant un Rolland se claquer les mains sur le ventre en se bidonnant d'un rire gras.

 

Mais rien à voir avec le vin de David Geneletti!

 

Ce n'est pas un travail d'assemblage, mais une parcelle de vieilles vignes complantées en chardonnay et savagnin, véritable reflet d'un terroir ainsi que d'une pratique séculaire jurassienne.

 

Dixit les Geneletti: "Nos anciens complantaient sur cette parcelle, pourquoi changer une pratique qui a toujours donné du bon vin?"

 

Et oui, parce que le vin est bon...

 

il faut être franc, à l'ouverture, on cherche le chardonnay, tellement le savagnin avec son nez d'amande et de noix domine les fragrances...

Même en remuant mon verre, je ne retrouve pas les odeurs de fleurs blanches ou de fruits blancs si caractéristiques du chardonnay.

 

En bouche, c'est encore le savagnin qui se démarque avec son côté épicé, les fruits secs, la belle longueur acide.

Mais au long de la dégustation, après le choc du savagnin sur les papilles, la fraicheur et le fruité du chardonnay nuancent le vin.


Le vin devient de la dentelle brodée...

 

C'est vraiment tout en nuances, en touches légères.

Sans dénaturer le savagnin qui est l'acteur principal de ce vin, la star incontestable, le chardonnay appporte même un "plus" plaisir.

 

Quelle longueur agréable en bouche!

 

Je l'ai dégusté avec un néophyte du Jura, impressionné par sa finesse et ce petit quelque chose qu'on ne trouve que dans le Jura... Et que vous retrouverez  sûrement en le goûtant.

 

Sinon, je ne sais pas pourquoi, influences extérieures, en écoutant cette chanson, je me suis dit que le chardonnay était un peu le Chewbacca de ce vin.

Il n'est pas indispensable, mais donne une petite touche inimitable...

 

 

 PS: Entendu dans le film "Jay et Silent bob contre attaquent" de Kevin Smith... Excellent... 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by stephane et david
commenter cet article

commentaires

olif 06/09/2010 09:21



Tes sens, avariés ne sont pas, jeune Padawan. Mais comme je te l'ai déjà dit plus haut, ce n'est pas le savagnin qui sent la noix, c'est l'élevage oxydatif qui, en faisant monter le taux
d'éthanal, apporte ces arômes de noix. Que ce soit sur du chardonnay ou du savagnin.L'Etoile est un p... de beau terroir à vins oxydatifs. La production de vins ouillés y est totalement
marginale, presque une hérésie, même!


L'intérêt d'un assemblage, c'est la fusion et la complémentarité. Ce n'est pas de retrouver les deux cépages côte à côte complètement dissociés.



stephane et david 06/09/2010 19:04



merci pour ces explications...


grace a toi, maitre yoda de la planete olifienne, je ne passerai pas du cote obscure de la force!


je reste toujours attache au monocepage, me semblant plus "franc du collier", mais je ne demande qu'a evoluer comme du bon jaune...



olif 05/09/2010 18:37



Je ne suis pas certain que tu puisses gustativement retrouver l'aromatique de chaque cépage dans un vin d'assemblage, jeune Padawan. A fortiori si celui-ci n'a pas été ouillé. C'est l'élevage qui
oxydatif apporte ces notes de noix (ou fruits secs) et de curry, quelque soit le cépage. Et c'est plus dans la structure du vin que tu vas pouvoir distinguer l'apport de chacun dans l'assemblage
(puissance et acidité amenée par le savagnin dans un vin chardonnay majoritaire, finesse d'un soupçon de chardonnay dans un vin à dominante de savagnin, finesse et/ou puissance dans un assemblage
50/50).


mmmmeuuuhHHRRRRRRBBBEUUUU, comme dirait Chewbacca.


 



stephane et david 06/09/2010 07:31



j'aime m'abreuver de la science d'olif...


un veritable bonheur!


c'est d'ailleurs surement ce qui me derange dans les vins d'assemblage: l'incapacite de delier chaque cepage...


la, sur ce vin, majoritairement fait de savagnin (70-30 si mes souvenirs sont exacts), la belle acidite domine...


j'y ai regoute, desole, je sens de la noix au nez et en bouche...


mes sens sont ils avaries?



Présentation

  • : bicephale buveur
  • bicephale buveur
  • : Blog qui aime le vin! Avec humour, décontraction, et même une pointe de nonchalance. Avec des envies de partage et de découvertes. Du plaisir sans contrainte!
  • Contact

Recherche