Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 12:27

Aujourd'hui, c'est la journée mondiale de la femme.


Ce que ça peut me broyer les parties les plus intimes de mon corps...

 

 

378365-homme-tenant-face-a-la-douleur-dentaire-avec-ache.jpg


 

 

Je trouve que cette journée sent le moisi, avec un petit quelque chose de rance et d'anormal.

 

Quand une société testiculine veut se donner bonne conscience, elle met un petit coup de projecteur sur les inégalités entre les deux sexes.

Pas longtemps, hein... Une journée...

Ca va permettre à tout le monde de constater les écarts de conduite, le manque de cohérence à l'embauche, les fossés de salaire, la brutalité contre la finesse.

Cette journée de la femme sera l'occasion de ressortir un tas de chroniqueuses qui vont s'enflammer sur la place de la femme dans la société, salauds de bonshommes soiffards testostéronés  et malheureuses biches fragiles virginales.

Evidemment, demain, on passera à autre chose, une autre aberration qui salit notre société.

Et on recommencera l'année prochaine.

 

Le cycle perpétuel de la connerie.

Bien relayé par les médias qui m'ont bourré le mou toute la matinée sur la journée de la femme.


Je hais les clivages, le manichéisme, les raccourcis et la démagogie. 

Dans la vie, dans le vin.


Dans la vie du bicéphale, tout est tellement plus simple.

Allergique à toute forme de bricolage et de jardinage par une anomalie génétique portugoïde récessive, c'est tout naturellement que je suis beaucoup plus enclin aux tâches ménagères, dans lesquelles je prends même du plaisir.

J'aime mon aspirateur, j'adore briquer ma cuisine.

Notre mini-société qu'est le couple a rapidement trouvé une vitesse de croisière car la femelle bicéphale (du doux nom de Sophie) est la reine du papier peint, de la bouture et du coup de bêche.

Si votre mari est un gros con, mesdames, pas besoin de journée mondiale... Quittez le!

Si votre femme est grosse conne, messieurs, faites de même...

 

bd-fond-ecran-bidochon-021.jpg


 

La simplissitude est aussi la règle au boulot.

Salaires égaux à poste égal, temps de travail identique, emmerdes partagées, c'est un bonheur de bosser à l'hôpital.

Mais, j'ai conscience que ce n'est pas la règle. Dommage pour la société, mais pas éternel. Les choses ont bougé depuis une dizaine d'années.

A compétence égale, nous aurons bientôt le même salaire. Normal. Nous avons déjà les mêmes facteurs de risque cardiovasculaires et les mêmes addictions.

Ce n'est qu'une question de temps...

 

Vraiment, je hais les clivages, les raccourcis à la con.

Dans la vie, dans le vin.


Une femme vigneronne ne fera pas nécessairement un vin fin et léger, autant qu'un vigneron mâle n'est pas obligé de faire du vin racé, musclé et sans profondeur.

Tentez de relire les dossiers sur les femmes vigneronnes dans la presse spécialisée (souvent réalisés par des journalistes hommes, sauf "Cuisine et Vins de France").

Une femme est automatiquement douce comme un pétale de rose et son vin sera, comme par magie, léger comme de la dentelle et frais comme une alizée.

 

Parfois nous sommes pris pour de gros veaux.

Un vrai sport olympique.

 

Encore une fois, n'ayant aucune envie de faire de la sociologie de comptoir, je vais reparler de la micro-société qu'est le couple bicéphale, sans faire de généralité mais en apportant une petite bouffée d'air frais.

Dans le vin, je suis plutôt attiré par le subtil, le fruit, la fraîcheur, une forme de simplicité non simplisme.

Par contre Sophie, douce et gentille, veut du goût, de la force, de la profondeur, de la poigne ferme et virile mais sans brutalité.

C'est souvent un sujet de débat au moment du choix du vin.

 

C'est tellement plus simple quand un vin est un peu tout à la fois.

Du muscle enrobé d'élégance.

 

Aujourd'hui pas de femme vigneronne à l'honneur, mais un vigneron du Sud-Ouest qui fait du vin glou-glou comme s'il en pleuvait.

"Le Vin qui Rap" de Fabien Jouves ne joue ni le clivage ni le consensus mou et indigeste.

 

DSC00700.JPG

DSC00698.JPG



Une étiquette assez... détonnante... et qui fait, il faut le dire, un peu peur au premier abord.

Yo, wesh, la caîra est dans la place et tout le toutim.

L'étiquette a le mérite de faire sourire (mais le plus important n'est jamais le contenant).

C'est une cuvée d'assemblage entre le malbec et le tannat, classée en vin de France.

 

Le malbec pour le côté fruité et moelleux lorsqu'il est mûr.

Le tannat pour la puissance et la coloration.


DSC00699.JPG

 

La contre-étiquette prend le contre-pied. Toute en sobriété.

Cette cuvée est du millésime 2010. "Le Vin qui Rap" est maintenant certifié en vin bio et biodynamie.

 

A l'ouverture, le vin dégage.

Ce n'est pas de la petite fille timide qui marmonne tout bas.

Le vin donne tout de suite une claque de fruits mûrs et d'épices.

 

Prends ça dans le nez et essaie de me boire quand tu te seras relevé!

 

Le verre est devenu tout opaque. On hésite entre le violet sombrissime et le noir.

Ma femme fait des bonds.

Le vin lui donne une impression de musc et de force.

Je suis plus inquiet... un peu comme Jason devant les géants.

 

 

 

J'ai peur mais je ne le montre pas à la meute... Ca mettrait tout le monde en panique... Je choisis de me battre en claquant des dents silencieusement.

 

A la première gorgée, c'est presque un KO technique.

Wouach, le tanin me retourne la bouche.

C'est salto arrière pour ma langue qui cherche à se décoller du palais.

Après ce direct du gauche, encore étourdi, alors que je m'attends à une giffle du droit, je reçois... un bisou.

Oui, un bisou.

Du fruit dense et mûr, avec des notes épicées. Le fruit rouge s'étire gentiment sur les papilles et s'y niche longtemps.

 

Dieu que c'est surprenant.

Je ne trouve pas de notes boisées, mais on sent la charpente d'un vin élevé avec soin.

Le vin donne un sentiment de fraicheur en fin de bouche, à 180° de la première gorgée.

 

Un peu la quadrature du cercle. Du glouglou avec du corps. De la grosse main d'oeuvre de charpente avec de la finesse.

Dorian Gray qui te donne des coups de batte de base-ball.

Laetitia Casta qui te hurle des insultes à l'oreille. 

Une bodybuildeuse qui boit du thé à la framboise.

Joey Star qui te fait un calin.

 

Bref, la classe...

 

Mot de la fin pour Sophie.

"Ouais, c'est tannique, mais un peu léger, non?"

Je tombe à la renverse, vraiment Knock-Out.

Elle est trop balèze, ma meuf, et je suis trop sensible.

 

Vraiment surprenant, à haut potentiel de débat autour du verre et à la torchabilité recommandable.

Si vous êtes malins, allez faire un petit tour chez éthiquettes.fr.

 

 

 

 

 

 





 


Partager cet article

Repost 0
Published by Le Bicéphale Buveur
commenter cet article

commentaires

GREG 14/03/2013 23:31


Comme quoi l´habil ne fait pas le moine! un vin plein de suprise malgré un marketing décalé...

Le Bicéphale Buveur 15/03/2013 13:26



exactement, a goûter aussi "you f*** my wine?" et "tu ne vin plus aux soirées"


decales, mais extremement bons



Présentation

  • : bicephale buveur
  • bicephale buveur
  • : Blog qui aime le vin! Avec humour, décontraction, et même une pointe de nonchalance. Avec des envies de partage et de découvertes. Du plaisir sans contrainte!
  • Contact

Recherche