Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 21:15

 

Avant de tenter de réécrire un article sur le blog, il a fallu jouer un peu du plumeau...

 

C'est que ça faisait un bail que le bicéphale se morfondait sans petite nouveauté à se mettre sous la dent.

 

Donc opération "Conchita rencontre monsieur Propre"...

 

conchita.jpg

 

 

Pourtant, nous n'avons pas eu la chance de profiter du mauvais temps en vacances.

Fidèles au poste, nous sommes des stakhanovistes de l'été, muscles saillants et goutte de sueur perlant sur notre torse fraîchement épilé.

A peine le temps de s'occuper sérieusement du bicéphale.

J'avais, aussi, fait une mini-grève du blog, attendant avec fébrilité un petit post de Stéphane.

J'espèrais un sursaut, un spasme, un signe furtif de la main.

Mais, non, rien, le bicéphale amiénois n'est décidemment qu'un apôtre du "Dieu Branlette"...

 

C'est donc avec une abnégation totale que j'écris en coup de vent, attendant godot avec patience pour un prochain article.

Je n'abandonnerai pas sur le bord de la route le petit Stéphane (même s'il m'énerve, il m'énerve).

 

rocco-siffredi-se-lo-abbandoni-ti-inculo-fake.jpg

(Merci à Olif qui m'a fait découvrir cette image, qui m'a fendu la poire en deux!)

 

Donc, aujourd'hui, amis non spécialistes de la Loire et ce qu'elle draine comme énormes vins, voici un Objet Vinique Non Identifié qu'il faut absolument goûter avant la fin de l'été.

 

Le bicéphale, malgré plusieurs essais, est souvent passé à côté des vins doux naturels, et autres sucreries viniques botrytisées.

On sent bien qu'il y a quelque chose de beau dans certains côteaux-du-Layon, grains nobles d'Alsace, Sauternes, Vin de Paille et autres Maury. Mais, malgré ma volonté à y regoûter, je n'ai jamais été vraiment touché par un liquoreux.

J'attends cette émotion qui viendra sûrement un jour (je me rends compte que je passe ma vie à attendre...).

 

 

En se balandant dans le couloir étroit d'Antic Wine dans le vieux Lyon, les yeux écarquillés par tant de pépites de raisin fermenté, une bouteille m'a accroché avec insistance.

Un vin blanc de Loire, sur l'aire d'appellation Chaume, fait de cépage chenin, mais qui a l'outrecuidance de rester sec...

Quelle insolence ce "L'Insolent de Chaume 2008" du Château de Plaisance!


Guy Rochais est le vigneron du Château de Plaisance.

Il possède une trentaine d'hectares de vigne tous certifiés en Agriculture Biologique, avec même une dizaine d'hectares en Biodynamie.

Personnage haut en couleur, souvent décrié pour son côté gouaille facile et roublardise, surfant sur les modes, le vigneron fait parler de lui, pour mieux vendre...

 

Ca m'interpelle, ça se tente.


Ni une, ni deux, les douze euros sont posés sur le comptoir.

Toi, ma cocotte, tu vas prendre cher dans la soirée.

 

KICX0911.JPG

 

 

Le Chaume est un vin blanc liquoreux produit sur Rochefort-sur-Loire et qui a été une AOc jusqu'en 2009.

En 2008, année de vendange de cette insolente, faire du chenin sec excluait de l'AOC.

 

C'est d'ailleurs le seul  "Chaume sec" à 100% de chenin.

 

Le chenin reste un des cépages magiques en France, longtemps mal aimé, revenu à sa juste place.

BIen conduit, le chenin donne certains des meilleurs vins blancs que le bicéphale a eu la chance de boire, comme ou ici.

 


KICX0916.JPG  

  

La bouteille est superbe, avec une étiquette sobre et élégante et une contre-étiquette informative et sans chichi.

 

A peine débouchée et versée dans le verre, la bouteille se veut charmeuse.

Le vin dégage un parfum hypnotique, très fruité, une vague impression que quelqu'un vient de couper une poire très mure juste sous mon nez.

Ca donne envie.

 

En bouche, c'est très bon.

Le vin est droit, porté par une fraîcheur, une "droiture" qui s'étire sur une belle longueur.

Comme un tir de sniper, mais au ralenti, c'est précis, mais ça dure longtemps.

Des notes fruitées de poire et de marmelade de coing (me rappelant mon enfance et les mois d'août au Portugal) tressent le vin autour de cette fraîcheur.

En finale, c'est clairement une torniole de citrons mûrs qui réclament encore un peu de ce liquide blanc et sec.

 

Un petit bémol, le vin semble figé...

Habitué à boire de plus en plus de vins non souffrés, j'aime le goût d'une petite évolution d'un vin nature, les levures n'ayant été "tuées" par le souffre.

 

Un peu comme Han Solo dans Star Wars...

 

hansolo2.jpg

 

N'empêche, ça vaut le coup d'y tremper ses lèvres pour goûter un chenin précis, tout en finesse, tapissant la bouche de fruits et lavant tout ça par la belle acidité des agrumes de la fin de bouche.


Loin de la gouaille du vigneron, entre amis, le vin sonne vrai et est bu avec plaisir...

 

Je ne sais pas pourquoi, mais ça me fait penser aux chansons de Daphné, voix précise, sur des rythmes chaleureux, avec des textes frais...

Tous les chenins mènent à Daphné?

 

 

 

 

 


 


 

 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by stephane et david
commenter cet article

commentaires

olif 06/08/2011 07:58



Rendons à César ce qui appartient à Patrick, la campagne de pub de Rocco contre l'abandon des animaux en vacances, c'est l'alsaco-belgo-suisse allemand monomaniaque qui l'a dénichée pour les VDV.



stephane et david 13/08/2011 09:03



exact... patrick nous l'a meme confirme via FB!!


n'empeche, l'image de rocco sera perpetuellement associee a celle d'olif dans l'esprit du bicephale



Présentation

  • : bicephale buveur
  • bicephale buveur
  • : Blog qui aime le vin! Avec humour, décontraction, et même une pointe de nonchalance. Avec des envies de partage et de découvertes. Du plaisir sans contrainte!
  • Contact

Recherche