Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 08:08

Bah, si...

 

Malgré ce titre alléchant et prometteur, je ne peux pas m'empêcher de "blablater".

 

Parce que le bla-blah, j'aime ça.

 

Parce que lire le bla-blah des autres, j'aime presqu'autant qu'écrire le mien...

 

Alors quand je ne vois plus de nouvel article sur les blogs que j'adorais lire, c'est comme si on me coupait un orteil.

 

J'ai envie de crier aux blogeurs de revenir, de continuer à partager leurs émotions viniques.

 

Laurent Lalouette et "Ma passion des vins de Loire" doivent finir leur hibernation.

C'est à cause de lui que je suis devenu un accro du cépage chenin!

Il ne peut pas partir comme ça, juste après avoir entrouvert la boîte de Pandore (la, ici et encore ).

 

73502498e87f454514b7ca311667331ec4f11e4987d2511ecb1f1661e67

(La dernière fois où nous avons pu trinquer avec Laurent... Depuis, je pleure tous les soirs)

 

 

Tophe et son blog "Crazy Yellow" étaient une de mes lectures favorites du Jura (avec un illustre inconnu terroiriste au nom de code Olif).

Grâce à lui, du savagnin coule dans mes veines maintenant...

Depuis août 2010, plus rien, nada, walou, que dalle.

 

 

Je suis un orphelin du blog...

 

 

J'ai bien du mal à me relever de cette tristesse.

Chaque semaine, je clique sur le favori qui m'envoie sur ses blogs qui ne sont plus mis à jour.

 

desert-sable.jpg

 

Ma vie est devenue aride...


 

Mon état psychologique fragile ne méritait pas ce nouveau coup de pied dans les burnes.

 

 

Stéphane, mon frère d'armes, mon témoin de mariage, celui avec qui j'ai partagé tant de verres, avec qui j'ai mélangé ma salive au cours de soirées (beaucoup) trop arrosées n'écrit plus d'articles.

 

Enculé.

 

Pour empêcher cette nouvelle fuite de blogeur, avec les moyens du bord, j'ai décidé de passer à la contre-attaque.

 

Pas de grève de l'écriture, pas de manifestation, pas de pétition au ministère de la jeunesse et des sports.

 

Je vais l'insulter à chaque article de manière plus ou moins subtile jusqu'à ce qu'il se décide à bouger ses miches de "papa bourgeois de droite sarkozyste qui sent le fion".

 

Petite bite.

 

Mais, comme je ne peux pas tuer le frère, l'ami, l'homme, (le boulet), et que, c'est plus fort que moi, je l'aime bien quand même (cet impuissant chronique), je l'invite à goûter une "bouteille qu'elle est trop bonne à vider".

 

 

En ces temps difficiles, où un peu de chaleur ouvre les sens et appelle à courir nu dans les bois, goûtez "Pas de Bla-Blah" Corbières 2007 d'Alban Michel des Sabots d'Hélène!

 

IMAGE_302.jpg

 

Le vin de Corbières se situe dans le Languedoc-Roussillon, Appellation d'Origine Contrôlée depuis 1985, se partageant entre le sud de l'Aude (entre Carcassonne et Narbonne) et les Pyrénées-Orientales.

Première en volume de production dans le Languedoc-Roussillon, L'AOC Corbières est un fourre-tout où les plus belles pépites viniques peuvent éclore à l'ombre de jus de rayonnage...

 

"Les Sabots d'Hélène" se trouve à Feuilla, à une petite douzaine de kilomètres au sud de Narbonne.

 

Alban Michel y cultive 4 hectares qu'il revendique en "agriculture normale", c'est à dire le plus naturellement possible, sans chimie de synthèse.

 

Il ne tente pas de parer ses bouteilles de logos (qui, un jour, clignoteront dans la nuit, c'est sûr...), même s'il est certifié Ecocert.

 

 

IMAGE_304.jpg

 

C'est marqué dessus, le vigneron n'en fera pas un bla-blah...

 

Pourtant, il y en a des choses à dire sur ce vin rouge.

 

Fait à 3/4 de cépage syrah d'une trentaine d'années, le quart restant de cépage carignan centenaire, ce vin délie les langues!

 

Bu non carafé, mais en prenant son temps, entre apéritif et potée aux choux (la dernière de l'année selon Céline, encore un véritable déchirement pour moi...), il s'est gentiment ouvert pour nous "latter grave la tronche".

 

D'une belle couleur pourpre foncée et brillante, le vin donne une impression de musculature, de force.

 

Ce que le nez confirme, presque...

C'est épicé.

Le nez est poivré, avec de la réglisse.

Mais sur un fond de fraîcheur et de fruits rouges que l'on a envie de croquer de suite.

J'ai une image de pilier de rugby en tutu qui me vient en tête (premier sourire).

 

En bouche, tout au long de la dégustation, c'est un grand écart facial qui me lâche mon second sourire...

 

Jean-Claude_Van_Damme_et_son_celebre_grand_ecart_facial.jpeg

 

D'un premier verre plutôt rugueux et animal, avec un goût de cuir, de tabac, le vin devient doux comme un agneau avec un peu d'aération.

Le vin n'est jamais astringent (ce goût désagréable qui assèche la langue et la gorge), il est fluide du début à la fin.


Mais, ça aurait été dommage de le carafer et de rater le côté "bête sauvage" du vin. 

 

J'en apprécie encore plus le fruité, la rondeur du vin quand il s'ouvre.

 

C'est mama mia sur les papilles!

Et flan, le troisième sourire est arrivé, béat avec langue pendante...

 

Le fruit rouge et le cassis se mèlent au poivre pour une structure dense mais d'une rondeur qui dure, dure...

 

Parfois, quand on cherche un mot et que l'on a un vocabulaire aussi transgressif que limité, on bute sur celui que l'on déteste mais qui revient sans cesse.

 

Alors, oui, le vin a une énorme "buvabilité" (que je hais ce mot...).

 

Bla-blah utile ou superfétatoire, j'espère que cet article déclenchera des envies de goûter du vin comme j'aimerais en ouvrir tous les jours.


 

Trop facile de mettre une vidéo de Brassens...

Même si Brassens ne me dérange pas, à la place "des sabots tous crottés", de la bonne vibration... 

 

 

 

 

 

Ps: Stéphane, t'es quand même un sacré bel enfoiré...

 

Ps plus sérieux, les vins sont dispo (pub amicale et gratos) chez Ethiquettes

 

Partager cet article

Published by stephane et david
commenter cet article

commentaires

christian Bétourné 09/03/2011



David je trouve que pour un homme délaissé, répudié, abandonné, trompé, en un mot "e****é", tu t'en sors très bien tout seul et ton texte en vaut deux des miens sans conteste.


En même temps je comprends ta douleur, les chagrins d'amour, rien n'est plus douloureux. Si tu veux on fait un tour chez Sonia qui saura te guérir?



Patrice 09/03/2011



Une lecture ambigue de cet article. D'un coté la joie transmise de la découverte de ce vin, mélant toujours la découverte oenologique à un vocabulaire que même les puceaux du vin  arrivent à
comprendre par con coté imagé et très carabin (si tu te considère comme un néophyte, voila a peu près mon niveau). C'est simple, efficace et sévèrement burné... j'adore (il faut évidement
reconnaitre que nous avons un parcours professionnel similaire et une certaine ressemblance physique (au niveau du port de la barbe bien sur ;) )


Mais de l'autre côté je lis aussi ton désespoir, ta traversée de ce désert de la glougloublogosphère, peinement compensée par les moments de joies retrouvées à l'ouverture des bouteilles et
partagés avec tes (fidèles) lecteurs. On te sent amer bien qu'encore fier, tu titilles ton homocéphale picard sans tomber dans les coups bas (genre il va finir comme le champagne trop longtemp
ouvert, fade et éventé). Tu stimules les autres blogs avec une énergie proche du desespoir.


Mais garde courage, comme le vin, tout le monde peut avoir de mauvais millésimes et des productions réduites, ce n'est pas pour autant qu'il faut oublier les talents antérieurs du vignerons et le
laissser se relever et reprendre sa splendeur d'antant tel le phenix renaissant de ses cendres.


Personnelement mon unique regrets reste ton passage éclair chez nous ne me permettant de partager avec toi que de l'eau (chlorée) accompagnant les pates trop cuites et le jambon déguelulasse sous
célophane tant décrié par JP Coffe. Mais je trouverai bien le temps et l'occasion de venir trinquer pour de vrai avec toi un de ces quatres lors d'une de tes nombreuses expéditions et me cacherai
(enfin j'essaierai, pas sur de tout tenir) derrière toi pour écouter tes commentaires et me guider dans la découverte de ces breuvages....


Allez, à la tienne ;)



Jérôme B. 10/03/2011



J'ai la chance d'avoir découvert que récemment nombres de blogs plus glougloutant les uns que les autres ce qui me permet d'avoir plus un soucis de lecture à rattraper que l'inverse :)


 


Après ça me permet de venir régulièrement chez mes chouchous et moins chez les autres ;)


 


Très joli billet... Je ne peux décemment pas laissé l'âme d'Hélène en peine !



Jean-Charles 11/03/2011



La lecture de Crazy Yellow me manque terriblement. Je vais y faire un petit tour tous les jours avec l'espoir d'y trouver un article à chaque fois ! Mais à chaque fois (pour le moment) c'est
une déception... Cela reviendra !



http://windows8problems.com/ 01/08/2014

I think this is an era of blah-blah-ism in which we get to hear this scenario everywhere around us. As far as I am concerned I often sue this word when I get pissed of with someone’s talks or when I have nothing left to say.

Présentation

  • : bicephale buveur
  • bicephale buveur
  • : Blog qui aime le vin! Avec humour, décontraction, et même une pointe de nonchalance. Avec des envies de partage et de découvertes. Du plaisir sans contrainte!
  • Contact

Recherche